Outils pour utilisateurs

Outils du site


faq:debut

Nos arguments

Afin de mieux partager nos points de vue, nous exposons ici notre argumentation contre l'ouverture d'une carrière à Cruguel (lieu-dit Trévadoret).

Notre commission traitant de l'argumentation a déjà effectué un travail de recherches (administration, archives, études scientifiques, …). Son résultat est consultable via son mémoire en réponse.

Voici les premières des pistes que nous avions étudiées. Vous pouvez également signaler un manque éventuel via notre formulaire de contact.

Information publique insuffisante

Certes l'affichage public minimum a été respecté. Mais est-il encore adapté à la situation de Cruguel ?

De par la disparition des services publics et des commerces, Cruguel (en dehors de son activité touristique) est devenue une cité dortoir. En hiver, de nombreux travailleurs partent à 6 heures lorsqu'il fait nuit et reviennent à 19h lorsqu'il fait nuit. Ils n'ont pas l’opportunité de voir l'affichage au cimetière (qui n'est pas rétroéclairé :-) ).

Risques sismiques sur les bâtiments

Le minage (explosions prévues tous les 3 mois) aura des répercussions transmises par les veines de granite et de roches dures.

Cruguel est située sur 2 failles sismiques et nous avons récemment ressenti ses effets dans les environs (8 Janvier 2017). Cela peut intervenir à des kilomètres de distance en fonction des conducteurs souterrains. Lors de telles explosions, les murs peuvent se lézarder et des fissures apparaître à l'intérieur des maisons (carrelage, plomberie).

Certaines roches séparent horizontalement des zones aquifères de nature différente : un bassin de décantation et une nappe phréatique. Les fissures peuvent entraîner des pollutions souterraines. Les puits qui servent à l'arrosage du potager et l'entretien de nos jardins risquent de devenir insalubres.

Production de particules fines

Il est indiqué dans le dossier qu'en cas de chaleur, les particules fines seront dispersées par arrosage. Le concassage produit donc des particules fines.

Mais où sera ponctionnée cette eau ? Rien n'est dit dans le dossier. Peut-être sur place, au détriment des usagers naturels, alors que l'eau est déjà un problème majeur de notre région. Ou bien amené par des camions citerne devront sillonner et défoncer le réseaux routier plus encore ?

Mais où iront les eaux chargées de particules fines en haute teneur en silice ? Dans le cours d'eau à proximité : le Sedon, affluent du Canal de Nantes à Brest, et l'une des meilleures rivières à truites farios du secteur ?

Coût d'une enquête publique pour les riverains

Un porteur de projet investit beaucoup d'argent, en montage de dossier, en expertises. Il y a celles qu'il montre, car allant dans son sens. Il y a celles qu'il cache, car n'allant pas dans son sens. Celles-ci, il les a financées à perte, car il ne pourra pas les utiliser. Mais après tout, sur le nombre de dossiers présentés, certains vont aboutir sur des profits qui couvriront largement l'ensemble des investissements.

Peu de gens savent que ces enquêtes publiques ont également un coût financier pour les riverains qui s'opposent légitimement à cette demande. Ils vont devoir dépenser beaucoup de temps et d'argent : création d'association, déclaration en préfecture, assurance, hébergement informatique, impression de tract, création de banderoles, payement d'experts, d'avocats, rencontre des élus, rencontre des média, recours au Tribunal Administratif … Aucune aide financière n'est apportée. Et cela ne couvre que l'aspect collectif.

Individuellement, chacun doit effectuer des expertises pour se préparer aux futures dégradations : estimation des biens avant ouverture en cas de revente (terrain, bâtiments, activité commerciale), fissures de bâtiments, pollution des puits, perte d'emploi, …. Et si vous ne le faites pas ? Et bien tant pis pour vous, vous n'aurez aucun recours.

Dévaluation des biens

Des gens ont économisé toute leur vie pour acquérir un terrain ou rénover une maison.

Non seulement, ils auront payé cher afin de vivre dans un lieu paisible, mais ils seront en plus pris au piège. La chute de la valeur immobilière ne leur permettra pas de revendre pour s'échapper. On estime la perte à 25 % du prix initial. Nous n'avons pas connaissance de compensations prévues dans le budget prévisionnel de la commune ou de l'exploitant.

Nos campagnes sont délaissées par les plus jeunes qui veulent être à proximité de tout. Comment faire renaître nos villages ? Vivre à la campagne est un choix, une recherche de tranquillité, qualité de vie, des atouts que l'on retrouve à Cruguel, mais remis en cause par cette idée d'ouverture… Qui achèterait à côté d'une carrière ?

Activités liées au tourisme sur Cruguel

Une ouverture ne créera pas d'emploi sur Cruguel. Il est fait mention de 2 emplois, mais il s'agit de personnes déjà sous contrat avec l'exploitant.

Or l'ouverture d'une carrière a des répercutions directes sur les activités liées au tourisme rural que la commune labellisée est censée promouvoir. Même si la page 310 du dossier déposé en préfecture indique qu'il n'y a “pas de fort attrait touriste”, il n'en demeure pas moins que c'est une activité importante de revenu pour certains habitants.

Plusieurs gîtes vont être touchés, dont un à Trévadoret, créé de cette année. Les chemins de randonnée seront moins attractifs. Des monuments historiques comme “Le manoir de Lemay” et le clocher de l'église de Guéhenno auront dans leur champ de vision une belle carrière ! Quelle vue !

Les événements sportifs, comme le cyclo cross organisé par les parents d'élèves de l'école Sainte-Marie, devront ils revoir leurs tracés alors qu'ils passent à Trévadoret.

Il existe également des activités qui seront lésées comme le café et le Poney club qui bénéficient d'un apport de clientèle en séjour à Cruguel.

Trafic routier proche des habitants

Le trafic routier se composera des 9 navettes aller et retour (1 poids-lourd toutes les demi-heures) en plus de la vente directe (des poids-lourds envoyés par d'autres entreprises), des livraisons de carburant, et autres va et vient qu'engendreraient l'exploitation d'une carrière à ciel ouvert.

Ce trafic passe à proximité des habitations proches de l'exploitation, mais pas seulement. Toutes les habitations en bordure de leurs trajets sont concernées. Les bourgs sont ainsi faits que les routes se croisent au centre, là où se trouve église, école et commerces (s'il en reste). Cruguel n'échappe pas à la règle.

Défense de l'intérêt public

On dit que la carrière sert la construction d'édifices privés : cercles de jeux, prisons, centrales nucléaires, aéroports (oui tout ceci est privé), bétonnage de nos campagnes… voire la construction de mur entre pays (c'est la mode outre atlantique). Peut-être sommes-nous égoïstes et ne regardons-nous que la pollution que nous produisons aujourd'hui, sans prendre conscience des ressources que nous volons à nos enfants ?

Depuis quand les cailloux de Trévadoret sont-ils dans le sol ? 1 an, 10 ans, 100 ans ? Cela fait des milliers d'années. Pour combien de temps ces cailloux seront-ils volés aux générations futures ? 100 ans, 1000 ans 1 million d'années ? Non, bien plus encore. Jusqu'à la fin de la planète. Des scientifiques utilisent un mot bien compliqué : l'anthropocène. Nous préférons dire simplement : la destruction de la planète par l'homme, y compris de sa propre progéniture.

Aujourd'hui, à quoi servent ces cailloux ? A refaire les routes défoncées par le transport de… ces cailloux eux-mêmes. Qu'aurons-nous volé à nos descendants ? de quoi construire des hôpitaux dans 100 ans ! Et si l'on pensait au bien commun avant l'intérêt d'une entreprise privée ?

Aux états-Unis des montagnes entières de charbon ont été rasées pour quelques années d'alimentation électrique des centres de données utilisés via l'Internet. Et si l'on réfléchissait aux conséquences irrémédiables de nos actes, avant.

Prenez le temps de lire cette charte qui s'adresse et engage Le Peuple Français !!! Elle émane du conseil constitutionnel.

faq/debut.txt · Dernière modification: 09/06/2017 11:09 de webmestre

Outils de la page